Retour sur les ateliers collaboratifs au centre social Jean Ferrat, à Arques

Le projet Centres Sociaux Connectés a pour vocation à être essaimer au quatre coins du Nord Pas-De-Calais, c’est à dire que les expérimentations réalisées en 2017 au sein des 8 centres sociaux et les actions réalisées un peu partout, vont être diffusées au sein du réseau. Pour commencer cette essaimage, direction le Pas-De-Calais, à Arques, où Fabrice a mobilisé beaucoup de personnes pour échanger sur le numérique. 

Les mercredi 24 et 31 janvier 2018, la Fédération des centres sociaux se déplaçait à Arques, pour rencontrer des bénévoles, des adhérents et des salariés afin de se questionner sur le numérique. Après un rapide tour de table, la présentation du projet Centres Sociaux Connectés a été réalisé. Les participants ont ensuite présentés les différentes activités liées au numériques qui sont réalisées au sein du centre social : de l’atelier pour débutants, au développement du nouveau site web, en passant par les Repair Café hebdomadaire et l’accompagnement scolaire sur l’éducation aux médias et à l’usage du numériques, le centre social montre sa diversité de champs d’actions et son expertise lorsqu’il s’agit d’apprendre aux personnes à utiliser le numérique et à les rendre autonomes. Aujourd’hui, ce sont les adhérents qui viennent voir Fabrice pour lui demander un cours sur un nouvel outil dont ils ont entendus parlé.

Les enjeux du numérique : communication, accès aux droits, « dédramatiser » le numérique

Le groupe a ensuite échangé sur les points d’amélioration à mettre en oeuvre et sur lesquels le numérique peut apporter des solutions. Un des nœuds est la communication du centre social vers ses adhérents : le ressenti global est que tous les adhérents n’ont pas le même niveau d’information, et qu’il faut mieux cibler les publics et adapter les supports de communication pour avoir une meilleure diffusion de l’information.

L’accès aux droits est aussi un enjeux essentiel, avec deux axes : comment rendre les personnes autonomes dans la réalisation de leurs démarches administratives en ligne ? Comment toucher les personnes qui ne viennent pas au centre social ? L’expérimentation de l’accès aux droits via l’accès à un ordinateur et un accompagnement réalisé dans le cadre du projet pourrait être adapté et testé à Arques.

Un autre enjeu est comment dédramatiser le numérique ? Cette question part du constat que parmi les personnes qui ne savent pas utiliser l’ordinateur, certaines ont les connaissances pour naviguer sur internet, mais elles ont un « blocage » lorsqu’elle se retrouve seule devant l’ordinateur. A Arques, l’animateur aimerait développer une méthode pédagogique pour enlever la peur de l’utilisation de l’ordinateur (peur de ne pas cliquer au bon endroit, peur de faire une erreur, …) et d’apprendre la « logique » internet (organisation des informations sur un site, …).

La communication : à destination de qui ? dans quel but ? comment ?

Lors du second atelier, les participants ont choisis de travailler ensemble sur la question de la communication du centre social.

Après un brainstorming sur ce qu’est la communication et ce qu’elle comprend, nous nous sommes divisés en 2 groupes pour faciliter les échanges. Lors de la restitution, nous nous sommes rendus compte que nous avions développé les mêmes solutions à mettre en place, avec pour objectif principal de mieux informer les 1800 adhérents du centre social, pour que tout le monde est le même niveau d’informations. Les axes suivants ont été identifiés :

  • Mieux cibler les informations pour les adhérents
  • Mieux communiquer sur les actions globales du centre social
  • Communiquer auprès des personnes qui n’utilisent pas ou peut internet

A côté de ces solutions, des idées ont émergés, comme la création d’un « Centragram », mur sur lequel des photos des activités pourront être affichés par les bénévoles et les adhérents. Ou encore le développement de l’inscription en ligne via des formulaires.

Plusieurs pistes de travail à explorer ! Le centre social est déjà en oeuvre dans le développement de certaines d’entre elles. Projet à suivre…